Le Grappilleur n°121 (2/4)

LES CÔTES DU RHÔNE 2000 ANS D’HISTOIRE

Episode 1 – Un apport des colons grecs et la naissance des vins de Vienne

Dès l’Antiquité, la vigne et le vin sont présents en Vallée du Rhône. Du vin antique à l’appellation d’origine contrôlée, histoire exhaustive des vins de cette grande région viticole.

Les premiers plants de vigne en Vallée du Rhône sont probablement apportés par des colons grecs, 600 ans avant Jésus-Christ. Toutefois, ces habiles marchands n’implantent pas de vignoble afin de maintenir le fructueux commerce qu’ils entretiennent avec les Gaulois.

Lorsque les Romains débarquent, à la demande de ces mêmes marchands pour sécuriser le pays, ils vont transformer la région. Car la conquête romaine, en plus de tracer des routes, de créer des villes, des travaux d’art ou d’immenses domaines, introduit la culture de la vigne et du vin en Vallée du Rhône. On plante du blé dans les plaines, de la vigne et de l’olivier sur les terres moins fertiles et difficiles d’accès.

De souche paysanne, les légionnaires romains à qui l’on donne des parcelles en friches et des prisonniers de guerre, ne cèdent pas à la facilité. Ils plantent sur des coteaux très pentus, avec des cépages locaux qui résistent bien aux conditions climatiques. La proximité du Rhône leur assure un bon débouché commercial. On exporte ces denrées en Italie pour les échanger contre des produits fabriqués.

Plutôt que de soumettre les Gaulois, les Romains préfèrent les « civiliser » en les intégrant à leur société. Dans le Nord de la Vallée du Rhône, les Allobroges se voient ainsi attribuer le privilège de planter et d’exploiter la vigne. De là naît le vignoble de Vienne sur les deux rives du fleuve, au premier siècle avant Jésus-Christ. Pline l’Ancien rapporte, dans son « Histoire naturelle », que les Allobroges font de la réputation de leur vin une affaire d’honneur national : « On vient de découvrir une vigne dont le vin a naturellement le parfum de la résine de pin (et celui de la violette, ajoute-t-il quelques lignes plus loin) et fait la gloire de la banlieue de Vienne ».

Ce « vinum picatum » est l’ancêtre des vins des Côtes du Rhône septentrionales carle vignoble ne s’étend pas seulement à la périphérie de la ville mais descend plus au sud, jusqu’à Valence.

Source : Syndicat des Côtes du-Rhône